Broderies Dessinées de Marion Romain

livre broderies dessinées de Marion Romain

Article sponsorisé par les éditions Eyrolles

Connaissez-vous le magnifique travail de Marion Romain ? Les éditions Eyrolles m’ont envoyé son premier livre « broderies dessinées » et ce fut un vrai coup de cœur. C’est donc avec grand plaisir que je vous le présente dans ce nouvel article de blog. 

Le contenu du livre, broderies dessinées : 

Le livre commence par une introduction dans laquelle Marion Romain nous parle de son parcours et de son amour pour la broderie. Ces premières pages nous plongent dans l’univers doux et poétique de l’autrice.  

Puis vient la première partie, la technique. Support, fils, technique de transfert et finitions sont passés en revue pour vous lancer et faire vos premiers pas en broderie. Douze points de broderie sont également détaillés avec photos, schémas et conseils de l’auteur. Il y a même une petite pensée pour les gauchers. (La gauchère que je suis apprécie cette intention).   

Livre, broderies dessinées de Marion Romain

La seconde partie du livre “broderies dessinées” intitulée : de l’inspiration au dessin, donne énormément de conseils pour créer des motifs de broderie à partir de ses propres inspirations. Cette partie est une véritable pépite pour toutes les âmes créatives qui désirent se lancer dans la conception de motif de broderie. Vous y trouverez des notions de couleurs, de textures, de compositions, etc. Marion Romain partage également les coulisses de ses créations en nous racontant son expérience et des anecdotes sur son travail. Vous trouverez également des exercices pour vous aider à nourrir vos inspirations. J’adore ! 

Lire : Le processus créatif 

La troisième et dernière partie propose des modèles de broderie à broder au rythme des saisons. Chaque modèle est accompagné d’un petit mot de l’auteur. La liste du matériel et des couleurs est fournie pour chaque motif, des schémas et conseils vous accompagnent également tout au long de la broderie.  

Extrait du livre broderies dessinées de Marion Romain

J’ai testé et j’ai adoré : 

Pour compléter cet article, j’ai testé l’un des modèles du livre « broderies dessinées » de Marion Romain. Alors que je traversais une période difficile où il m’était difficile de prendre une aiguille pour broder, l’arrivée de la pluie et la lecture de ce livre mon redonner l’envie de sortir mes fils.  

Pour cela, j’ai choisi le modèle « jour de pluie ». J’ai particulièrement aimé ce petit oiseau posé sur le parapluie et le jeu de textures des vêtements.  

Concernant les fournitures, j’ai pris des chutes et de vieux fils pour alléger un peu mes boites. Je le regrette un petit peu, car mon association de couleurs n’est pas très heureuse. Mais c’est comme cela que l’on apprend et je suis très contente d’avoir repris mes aiguilles ! Les explications sont bien détaillées et des schémas nous guident dans les étapes importantes.  

Modèle du livre broderies dessinées de Marion Romain

Conclusion : 

J’ai particulièrement aimé ce livre pour sa partie consacrée aux processus créatifs, je trouve ça tellement passionnant et inspirant. Le livre « Broderies dessinées » est également généreux en conseils et astuces tout en nous laissant libres d’explorer par nous-même la broderie. C’est un ouvrage très complet qui s’adresse principalement à des personnes qui ont déjà brodé et qui souhaitent, petit à petit, se détacher des modèles à reproduire. 

Si vous êtes débutant, les points de broderie et les principes de bases sont détaillés en début d’ouvrage dans la partie technique et les modèles sont là pour vous guider pas à pas. Toutefois, préférez commencer par des modèles avec peu de remplissage pour petit à petit aller vers des modèles plus denses et texturés.  


Les fils de Dames nature, interview

les fils de dames nature

J’ai récemment été contacté par Dames nature afin d’essayer leur nouvelle gamme de fils teints à la main, 100% bio. Je les remercie de cette proposition et c’est avec beaucoup de plaisir que je vous les présente aujourd’hui. Ils sont doux et chaleureux. Ils se brodent facilement sans casser ou pelucher, un vrai bonheur ! Et pour celles et ceux qui souhaiteraient les essayer, je vous offre le dessin que j’ai utilisé pour l’occasion. Vous pouvez le télécharger par ici. Mon petit conseil, préférez utiliser une aiguille à chas rond comme les aiguilles sharps, ainsi vous n’abîmerez pas vos fils au moment de broder.

Je vous laisse maintenant en compagnie de Karin et Florence pour en apprendre un peu plus sur Dames nature et leurs fils. Bonne lecture !

narcisses brodées avec les fils de dames nature

P&PP : Bonjour Florence et Karin, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

Karin : Je m’appelle Karin et je suis originaire des Pays-Bas. J’ai durant plusieurs années exercé des métiers très différents, sans jamais toutefois arrêter de coudre et de tricoter. Au gré des opportunités professionnelles qui se sont présentées, je suis arrivée à Cherbourg il y a 25 ans. Le climat local, très similaire à mon village natal m’a permis de m’acclimater très rapidement. Durant ma carrière, j’ai toujours été animée par l’envie de partager et de transmettre, et il y a dix ans j’ai décidé d’allier mon envie de transmission et de partage et ma passion pour le tricot, le crochet et la couture. C’est pourquoi j’ai créé la boutique Filœuvre et un atelier créatif de découverte et de perfectionnement propice à la détente et au partage. 

Florence : Je m’appelle Florence, je suis originaire du Périgord et normande de cœur depuis presque 30 ans. J’affectionne tout particulièrement l’originalité, la lenteur et l’autodidaxie ! Mais par-dessus tout j’aime les fils (avec un gros penchant pour la fibre animale que je file avec un rouet) et les plantes que ce soit pour la teinture ainsi que le bien être qu’elles procurent. 

P&PP : D’où vient votre amour du fil ? 

K : Mon amour du fil me vient de ma mère qui m’a transmis sa passion pour la couture et le tricot. Ainsi dès l’âge de 5 ans, j’ai commencé à réaliser mes propres vêtements et accessoires en laine et coton. 

F : Cela me vient d’une punition par ma grand-mère ! Étant très turbulente elle a voulu m’occuper pour un long long moment et elle a réussi en m’apprenant la broderie ! Et depuis j’adore ! 

teinture végétale - dames nature

P&PP : Pourquoi vous-êtes-vous lancées dans la teinture végétale ? 

F : Je ne sais que répondre, mis à part que j’adore ça ! Quand je teins je me sens sereine ! 

P&PP : Comment vous êtes-vous formées à la teinture ? 

F : Ma grand-mère faisait un peu de teinture (pour ses propres besoins), je me suis servie de cela puis plus je pratiquais et plus j’apprenais ! 

P&PP : Racontez-nous la naissance des fils Dames nature ? 

K et F : Une amitié de longue date et l’amour du  »fait main » avec des matières nobles ainsi que le partage des jolies choses et un hommage à notre Nord-Cotentin d’adoption ! 

P&PP : Pouvez-vous nous présenter le procédé de la teinture végétale ?  

F : 1°) choisir la couleur et donc la plante, 

      2°) préparer son bain de teinture, 

      3°) mordancer la fibre, 

      4°) faire la teinture (plonger les fibres dans le bain), 

      5°) bien rincer et bien laver, 

      6°) sécher dans un endroit ombragé et ventilé. 

P&PP : Comment sélectionnez-vous vos plantes ? 

F : Je sélectionne en fonction de la couleur voulue bien sûr, mais aussi en fonction de la saison ou elles se trouvent ! Comme par exemple le genêt (qui se trouve en très grande quantité chez nous) mais aussi de mon jardin ou des dons d’amis comme la peau d’oignon ! Néanmoins, la plupart viennent d’une herboristerie que nous avons ici à Cherbourg, la teinture végétale demande quand même une assez grande quantité de végétaux, il serait ridicule “d’épuiser” la nature alors qu’il existe une culture appropriée ! N’oublions pas aussi que certains végétaux sont protégés ! 

P&PP : Y-a-t-il une plante avec laquelle vous aimez particulièrement travailler ? 

F : Non, pas de plante en particulier, par contre j’aime vraiment beaucoup faire de nouveaux essais comme  les champignons mais aussi des mousses et lichens ! 

P&PP : Quels fils ou laines utilisez-vous ? 

K et F : Le coton est du coton bio certifié GOTS (critères environnementaux et sociaux) de Venne Colcoton Unikat ainsi que du fil “laine de France » provenant d’une filature artisanale dans la Creuse. 

fils teinture végétale - Dames nature

P&PP : Combien de temps faut-il pour créer un écheveau ? 

F : Sur ce sujet tout dépend du temps ! Mais si l’on part sur une météo avec beau temps et du vent (il y en a beaucoup chez nous), il faut compter une semaine ! 

P&PP : Quels sont vos conseils pour la conservation et l’entretien de vos fils Dames nature ? Les broderies peuvent-elles être lavées ou exposées au soleil sans perdre leurs jolies couleurs ? 

F : Un lavage à la main ou en machine (programme adapté bien sûr !) convient très bien, je conseille quand même une lessive au PH neutre cela est parfait pour nos fils mais aussi pour l’environnement et la peau ! Quant au séchage, de règle générale il est très néfaste pour toutes couleurs d’être exposées au soleil, cela vaut pour les couleurs végétales comme industrielles ! 

P&PP : Où peut-on trouver vos fils Dames nature ? 

A l’atelier-boutique Filoeuvre : 9 rue roger Salengro – 50130 Cherbourg-Octeville, ainsi que sur : filoeuvre.com 

Merci à Karin et Florence de nous partager leur amour du fil ! Vous pouvez également les retrouver sur Instagram sous le nom de @dames.nature

© Toutes les images de l’interview appartiennent à Dames nature ou à Patience & Petits Points. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation. Ces images ne sont pas libres de droit. 

Les méthodes de transfert

Les méthodes de transfert

Comment transférer mon dessin sur un tissu ? Voilà une question qui revient régulièrement dans ma messagerie. Je vous propose donc de découvrir, dans cet article, différentes méthodes de transfert en fonction de votre projet.  

Comment transférer mon dessin sur un tissu ? Présentation des méthodes de transfert pour vous aider à choisir la méthode qui vous correspond

Comment choisir sa méthode de transfert ? 

Il existe de nombreuses manières de transférer son dessin sur un tissu, chacune avec ses avantages et inconvénients. 

Le choix se fera en fonction du tissu et des fils utilisés, mais aussi en fonction de vos préférences.  

En effet, d’un brodeur à l’autre les méthodes peuvent varier, car nous n’avons pas tous les mêmes besoins et les mêmes goûts.  

Par exemple, vous avez besoin de transférer un dessin sur de la feutrine. De par sa nature, cette matière pose certaines contraintes comme ne pas être mouillée. Dans ce cas, toutes les méthodes de transfert utilisant l’eau pour s’effacer sont à exclure. De plus, sa texture et son opacité élimine également les transferts par transparence ou le papier carbone. Il vous reste alors un nombre limité de choix (papier de soie). 

Dans le cas où plusieurs méthodes peuvent être appliquées pour transférer votre dessin, par exemple sur une toile de lin, le choix se fera en fonction de vos préférences (matériel à disposition, rapidité d’exécution, budget, etc.)  

Vous n’avez pas besoin de connaître toutes les méthodes de transfert, uniquement la méthode qui répond aux mieux à vos besoins.  

Afin de vous aider dans votre choix et essayer de répondre à vos questions, j’ai créé un tableau récapitulatif des méthodes que j’ai testées. Sachez qu’il en existe beaucoup d’autres !  

Les méthodes de transfert 

Avertissement : Ce tableau est un résumé de mes expériences avec les différentes méthodes de transfert que j’ai pu tester dans le cadre de ma pratique. 

Je reçois régulièrement des messages me demandant comment transférer mon dessin sur du jeans, un T-shirt en Jersey, un chemisier très fin, etc. Or je n’utilise pas ces tissus. La broderie est un univers très vaste. Je fais parfois des tests quand c’est une demande récurrente (comme les T-shirt), mais ce n’est pas mon domaine de compétence, il vous faut faire votre propre expérience. 

TechniquesAvantagesInconvénientsConseils
Par transparence

Utilisation : Tissus clairs, fins ou transparents
– Simple et rapide

– Pas besoin de matériel de transfert, un crayon à papier et une fenêtre vous permettront de transférer le dessin sur un tissu
– Ne fonctionne pas sur les tissus sans transparences

En fonction de vos stylos :

Frixion : Peut laisser des marques sur certains tissus ou réapparaitre après plusieurs années. Vos matières doivent supporter la chaleur
– Utiliser une table lumineuse soulagera vos bras. Vous serez alors plus à l’aise et précis(e) dans votre tracé

– Utiliser un crayon qui s’efface à la chaleur ou à l’eau pour ne laisser aucune trace

Tutoriel : Comment utiliser la méthode par transparence ?
Le papier carbone

Utilisation : Tissus clairs ou foncés 
 
– Economique, les feuilles peuvent être réutilisées de nombreuses fois.  
 
– Facile et rapide à utiliser 
 
– Existe en différentes couleurs  
– Peut laisser des traces 
 
– Ne marque pas toujours les tissus foncés, il faut alors repasser sur son tracé avec un stylo blanc 

– Ne fonctionne pas sur les tissus “texturés” comme de la feutrine, de l’éponge, la laine, etc. 
– S’assurer que le tracé marque suffisamment le tissu 
 
– Vérifier que le tracé ne laisse pas de marque 
 
– Les ranger dans une jolie pochette en tissu cousue main  
 
Tutoriel :  
Comment utiliser le papier carbone ? 
Les papiers hydrosolubles

Utilisation : Tissus mailles (qui s’allongent quand on tire dessus comme le jersey), les texturés
– Permet de stabiliser le tissu  
 
– Facile et rapide 
 
– Certains papiers peuvent passer dans une imprimante 
– La méthode la plus onéreuse car le papier est à usage unique 
 
– On perd le contact avec le tissu en appliquant une feuille de papier entre la broderie et le tissu. 
– S’assurer que vos matières puissent être plongées dans de l’eau  
 
– Rincer abondamment pour éviter de laisser une fine pellicule de colle sur la broderie 
 
Tutoriels :  
Comment utiliser le Solufix ? 
 
Test entoilage créatif de Prym  
Le papier de soie

Utilisation : Tout type de tissu 
– Economique  
– Ne laisse aucune trace  
– C’est très long ! Tutoriel :  prochainement

Le bon reflexe 

Pour conclure cet article, si je n’avais qu’un seul conseil à vous donner, c’est de toujours bien recouvrir vos tracés avec vos points de broderie, quelle que soit la méthode utilisée. Cela vous évitera bien de mauvaises surprises.  

The form you have selected does not exist.

Le point de Rhodes

Le point de Rhodes

Principalement utilisé sur canevas, le point de Rhodes peut également être utilisé en broderie traditionnelle. Celui-ci apporte du volume à vos broderies par son aspect bombé. Il pourra alors suggérer quelques baies sur un branchage par exemple.

Comment broder le point de Rhodes

Schéma le point de Rhodes

Quel que soit le sens de rotation choisi, gardez toujours le même jusqu’à remplir complètement le cercle.

  • Sortez l’aiguille en A sur l’endroit de l’ouvrage ;
  • Piquez de l’autre côté du cercle en B pour former un premier point ;
  • Ressortez l’aiguille en C juste à côté de A ;
  • Piquez en D de l’autre côté en croisant le fil sur le point précédent ;
  • Continuez jusqu’à former un rond en relief.

Astuces et conseils

Jouer avec les épaisseurs

Varier le nombre de brins sur votre aiguillée permet d’apporter plus ou moins de relief à votre point. Vous pouvez également utiliser des fils plus ou moins épais ou texturés.

Des cercles pas trop grands

Afin que le point ne se déforme pas et garde un beau volume, préférez utiliser ce point sur des cercles pas trop grand (environ 1 cm de diamètre).

S’entrainer

Afin de broder vos premiers points de Rhodes, je vous propose un petit modèle : la branche de symphorine.

Pour cela vous aurez besoin :

Avant de commencer, je vous invite à transférer votre motif sur le tissu, soit par transparence soit avec du papier carbone.

  • Remplir les baies au point de Rhodes avec 5 brins de coton mouliné.
  • Broder les tiges et contours des feuilles au point arrière surjeté
  • Terminer par un peu de passé plat dans les feuilles

Découvrez le point de Rhodes grâce au petit modèle offert. Une vidéo vous accompagne dans la réalisation de la broderie.

TEST : L’entoilage créatif soluble dans l’eau de Prym

Comment utiliser l'entoilage créatif de Prym ? Test produit en vidéo

Parmi les nombreuses méthodes de transfert à notre disposition, il existe des papiers hydrosolubles qui permettent de reporter le motifacilement et rapidement sur tout type de tissu (ou presque… le tissu doit pouvoir être trempé dans l’eau sans rétrécir ou déteindre). 

Dans un précédent article, je vous présentais le Solufix de Vlieseline et comment l’utiliser. Dans ce nouvel article, j’ai testé pour vous l’entoilage créatif de Prym.

Comment utiliser l'entoilage créatif de Prym ? Test produit en vidéo + tutoriel en image

Test de l’entoilage créatif soluble dans l’eau de Prym 

Dans le cadre de la broderie main, l’entoilage créatif peut être utilisé pour reporter un motif sur un tissu fin et extensible ainsi que sur un tissu texturé.  

J’ai alors choisi deux chutes de tissu pour le tester : un tissu extensible et un tissu éponge. Pour l’occasion, j’ai également dessiné une petite branche de symphorine que vous pouvez télécharger à la fin de cet article.  

Pour le test de l’entoilage créatif de Prym, j’ai réalisé une vidéo, que vous pouvez visionner juste en dessous ou en allant sur ma chaîne Youtube.  

Comment utiliser l’entoilage créatif de Prym ? 

Découpez un morceau d’entoilage assez grand pour être entièrement tendu dans le tambour à broder. 

couper un morceau d'entoilage créatif de Prym

Redessiner le motif par transparence sur l’entoilage à l’aide d’un crayon.

Reporter le dessin sur l'entoilage créatif soluble dans l'eau

Fixer le papier sur votre tissu à l’aide de grands points avant et tendre l’ensemble dans un tambour.

Fixer l'entoilage sur le tissu

Broder votre broderie en traversant les deux épaisseurs (entoilage + tissu) .

broder son motif

Lorsque votre broderie est terminée, retirer les fils de bâti, puis couper le surplus d’entoilage. Rincer abondamment votre broderie pour dissoudre le papier et laisser sécher à plat. 

Boutique : Entoilage créatif soluble dans l’eau de Prym 

Conseils et retour sur l’entoilage créatif 

Choisir le bon stylo :  

Lorsque j’ai reporté le motif sur mon entoilage, je n’ai pas pensé à la couleur du stylo. De ce fait, au moment de broder, le dessin n’était pas assez lisible sur le tissu pour faire un travail net et précis. Je conseille donc de tester plusieurs stylos, dans un coin de l’entoilage, pour s’assurer que le motif soit bien visible une fois posé sur le tissu. Il sera alors plus agréable de broder son motif.  

Choisir la couleur de ses fils avant de fixer l’entoilage sur le tissu : 

Bien que l’entoilage créatif de Prym soit légèrement transparent, celui-ci masque la couleur du tissu une fois fixé dessus. Il est donc conseillé de choisir ses fils avant pour s’assurer que les couleurs s’accordent bien entre elles. 

Choisir la méthode de transfert en fonction de son tissu : 

J’utilise rarement ce genre de produit, car je brode principalement avec de la toile, mais aussi parce qu’elle fait partie des méthodes de transfert les plus onéreuses du marché. En effet, contrairement au papier carbone qui peut être réutilisé de nombreuses fois, les papiers hydrosolubles (quelle que soit la marque) sont à usage unique. 

C’est pourquoi, je l’utilise peu et uniquement dans des cas particuliers, comme un tissu très foncé ou texturé.  

Conclusion 

L’entoilage créatif soluble dans l’eau de Prym est simple à utiliser et efficace. J’apprécie également le fait qu’il ne soit pas autocollant, car il n’encrasse pas mon aiguille au moment de broder.

Lire : comment utiliser le Solufix ?

Le petit bémol, c’est le conditionnement de l’entoilage. Ce dernier est plié à de nombreuses reprises, ce qui crée des plis difficiles à éliminer. C’est pour moi assez gênant à l’étape du transfert du motif si l’on souhaite être précis. 

Toutefois, ce produit est très utile pour reporter son motif et broder facilement sur des tissus texturés.  

The form you have selected does not exist.

Le processus créatif

Le processus créatif : extrait de mon carnet de croquis

Il y a une croyance populaire qui nous fait croire qu’être créatif est réservé à seulement quelques élus. Que ces personnes réussissent tout ce qu’ils créent sans aucun effort et que nous, nous n’avons pas eu la chance de recevoir ce don à notre naissance.  

C’est vrai que ce serait merveilleux que de pouvoir créer en un coup de baguette magique et de réussir tout ce que nous entreprenons. Malheureusement, dans notre réalité c’est un peu différent. 

Alors, quel est leur secret ?  

Tout le monde peut être créatif et créer son modèle de broderie. Le secret ? Le processus créatif.

Le processus créatif 

Il n’y a pas de création sans processus créatif. Si vous attendez l’idée de génie ou un don tombé du ciel avant de vous lancer dans un projet, vous ne commencerez jamais. Mais pas d’inquiétude, le processus créatif est là pour vous aider. 

Le processus créatif, c’est tout le travail qui se cache derrière une création c’est la partie immergée de l’iceberg. Cela peut être les réflexions, « les gribouillis », les recherches, les essais, l’organisation, l’environnement, etc. Et c’est rarement ce qui nous est présenté sur les réseaux sociaux.

Car bien souvent, parler de son processus créatif, c’est se dévoiler au monde. C’est un processus très intime et personnel. Il est propre à chacun de nous, à notre fonctionnement. Il peut être très simple et rapide ou au contraire très long voire complexe.  

Toutefois, bien que celui-ci soit différent d’une personne à l’autre, il peut être généralisé en quelques étapes. Adaptez-les à votre personnalité, car créer c’est avant tout s’exprimer et s’affirmer en tant qu’individu. Alors n’ayez pas peur d’être vous-même et lancez-vous ! 

Étape 0 : Collecter  

Cette première étape du processus créatif, n’en est pas vraiment une puisqu’il s’agit d’un travail de fond qui va nourrir votre créativité au quotidien. L’idée est de collecter ce qui vous inspire, sans chercher à créer

Par exemple : vous vous promenez au parc et une fleur attire votre attention. Ces couleurs vives vous inspirent. Prenez-la en photo ! Vous avez fait un rêve riche en émotions, notez-le. La photo d’un magazine vous plait beaucoup, découpez-là. 

Cette collecte peut prendre la forme d’un journal (numérique ou papier), d’un classeur, d’une boîte ou bocal, de tableaux Pinterest, etc. Choisissez les outils qui vous correspondent. 

Le processus créatif : Extrait de mon journal créatif
Photo prise sur le chemin des courses alimentaires, le bleu des fleurs m’a interpellé. 

Tenir un journal de collectes (ou quelle que soit la forme que vous avez choisie) est un premier pas vers la création. Vous venez même de commencer à créer sans vous en rendre compte.  

Cet objet qui rassemblera vos observations et inspirations sera unique. Il ne ressemblera à aucun autre puisque son contenu viendra de vous.  

Dans ce journal autorisez-vous à être vous-même. Ne vous souciez pas de l’esthétique, des tendances, de ce qu’en pense les autres. Ce cahier est pour vous. Vous n’êtes pas obligé de le montrer et vous avez le droit de dire non si on vous le demande.  

Etape 1 : Se préparer  

Notre environnement ou notre état émotionnel influence beaucoup nos créations, c’est pourquoi je vous invite à vous entourer de choses qui vous plaisent et vous inspirent. Se mettre dans de bonnes conditions pour créer fait partie intégrante du processus créatif, alors demandez-vous : dans quel environnement aimeriez-vous créer ?  

  • Aimez-vous créer chez vous ou en extérieur ? (À la mer, dans votre jardin, au bar, dans votre salon, dans votre voiture, etc.) 
  • Préférez-vous un endroit spacieux, lumineux, épuré, ou coloré, tamisé, chaleureux, etc. ?  
  • Avez-vous besoin de calme ou de bruit, d’être seule ou en groupe ?  
  • Faut-il que votre matériel soit ordonné, organisé ou au contraire en vrac ? Avez-vous besoin d’accumuler beaucoup de fournitures ou à l’inverse posséder juste le nécessaire ? 

N’hésitez pas à essayer plusieurs choses et surtout faites au mieux. Si vous n’avez qu’un coin de table pourquoi ne pas vous offrir une jolie boîte pour votre matériel. 

Certaines pratiques comme le Zentangle proposent également de faire une petite méditation avant de commencer à créer.  

Ce qui est important ici, c’est de vous écouter pour pouvoir passer un moment créatif agréable.  

Étape 2 : Recherche  

Une fois bien installée vient l’étape de la recherche. C’est ma partie préférée du processus créatif ! Celle-ci permet d’affiner son projet pour pouvoir trouver la solution qui concrétisera l’idée de départ. 

En fonction du projet, mais aussi de votre personnalité cette étape peut être très différente d’une personne à l’autre, je vous présente ici mon processus. Je vous invite à essayer plusieurs choses pour trouver ce qui fonctionne pour vous.   

Dans tous les cas, il vous faudra une idée de départ. Et si vous n’êtes pas inspirée, vous avez le droit ! pensez à aller piocher une idée dans votre « banque de ressources personnelles » (étape 0).  

Phase 1 : « Vider sa tête » 

Ça peut-être sous forme de croquis, de mindmap, de brainstroming, etc. Ne cherchez pas à faire beau ou à reproduire des carnets d’illustratrices qui ont des années d’expérience.  

Par exemple, pour la collection sous-l’océan l’idée de départ était de faire un modèle été sur le thème de la mer.  

Je note alors : mer > plage > sable > coquillages > algues > vacances > plongée > masque de plongée > fonds marins > animaux marins > épave > pirates > trésor > coffre aux trésors > etc. 

J’explore ainsi les différentes pistes, je n’attends pas que la solution pour mon modèle de l’été vienne à moi. Je vais la chercher en écrivant et en dessinant tout ce qui me passe par la tête. 

Phase 2 : Essayer et trouver des références photographiques 

Une fois que l’idée se précise, c’est-à-dire que j’ai choisi des éléments que je souhaite développer, comme le coffre aux trésors, les fonds marins ou l’épave. Je suis allée chercher des photos de références pour apprendre à dessiner une ancre, des coquillages, des algues, etc. (Je pars de photographies et non de broderies ou d’illustrations pour ne pas être influencée.) Je remplis des pages de formes, j’essaie des compositions, jusqu’à ce que le motif (ou les motifs) immerge(nt).  

Extrait de mon carnet de croquis
Etude de coquillages pour le modèle sous l’océan 
Extrait de mon carnet de croquis
J’essaie des compositions 
Extrait de mon carnet de croquis
Je simplifie, le motif prend forme. 

Mais peut-être que le dessin ce n’est pas votre truc et je vous rassure, pas besoin de savoir dessiner pour créer une broderie. Par exemple, revenons au mot trésor.  

Comment pourriez-vous exprimer le mot trésor avec vos matières ?  

Pourquoi ne pas sortir vos perles, strass et paillettes ou un tissu qui a une valeur particulière à vos yeux.  

Comment pourriez-vous les associer ?  

Placez-les d’une façon. Prenez une photo. Disposez-les d’une autre façon. Prenez une photo. Encore une autre façon ? Essayez ! chercher, explorer.  

N’attendez pas que ce trésor tombe du ciel allez le chercher au fond de vous. Et n’oubliez pas, personne n’a dit que ça devait être parfait, que vous n’avez pas le droit de vous tromper ou que vous devez le montrer au monde.  

Phase 3 : Trouver le point de broderie 

Ensuite, je continue mon travail d’exploration, mais cette fois avec une aiguille et du fil. Je vais tester différents points de broderie sur chaque élément de ma broderie jusqu’à être satisfaite du résultat. 

Le processus créatif : Extrait de mon cahier de recherche
Essai de points de broderie collé dans mon cahier de recherche 

Lire : Comment choisir ses couleurs 

Étape 3 : Prendre du recul 

L’étape de recherche peut être riche en émotions. On peut ressentir de l’excitation, de la joie, mais aussi de la frustration ou de la colère lorsque nous ne trouvons pas ce que l’on cherche. Et très souvent, on ne sait pas ce que l’on cherche ! Cependant on sait intérieurement que nous ne l’avons pas encore trouvé.  

C’est donc le moment de prendre du recul et en profiter pour aller se promener, lire, jardiner, faire du sport, voir des amis, etc. Vous pouvez également continuer de collecter des inspirations autour de vous.  

Puis vient un déclic, probablement au moment où on l’attend le moins. Vous avez trouvé le lien qui connectera tous les éléments ensemble. Tout devient alors claire et fluide. Ces moments de pause sont donc essentiels au processus créatif, alors prenez du temps pour vous ressourcer. 

Ensuite, il est temps de s’y remettre, de mettre au propre, d’écarter ce qui ne fait plus sens et de préparer la phase finale du processus.

Essai de couleurs

Étape 4 : La réalisation  

La réalisation est la dernière étape du processus créatif. En broderie, elle consiste à broder son ouvrage en suivant le travail préparatoire réalisé lors des étapes précédentes. C’est-à-dire qu’à ce stade du processus, vous savez exactement où vous allez et ce que vous devez faire. En Haute-Couture ce travail est généralement confié aux « petites mains » des Ateliers de broderie.  

Lors de cette étape, nous passons donc de la casquette de créateur à la casquette d’ouvrier pour réaliser la broderie finale. Celle que vous serez fière de présenter. 

Collection sous l’océan, Modèle de broderie Patience & Petits Points
La collection sous l’océan terminée 

   Boutique : pack sous l’océan 

Conclusion 

Être créatif ce n’est pas avoir un talent tombé du ciel. Tout le monde peut être créatif à condition de se lancer, de s’en donner les moyens et d’y consacrer du temps quel que soit le domaine que vous avez choisi.  

Cela peut commencer par la simple collecte d’inspirations (étape 0). Elles peuvent rester à l’état de notes ou au stade de recherches (étape 3). Vous n’êtes pas obligé de toujours amener vos idées jusqu’à la réalisation aboutie. 

N’écoutez pas votre petite voix qui vous dit que vous n’êtes pas fait pour ça. Car bien souvent elle a peur de l’inconnu et ne veut pas vous faire prendre le risque de vous tromper.  

Or se tromper fait partie intégrante du processus créatif. Si vous faites des ratés ce n’est pas parce que vous êtes mauvais, c’est parce que vous êtes en train d’apprendre. Si vous souhaitez progresser, il faut continuer de pratiquer et ne pas vous arrêter aux premiers échecs.  

Profitez de l’étape de recherche pour expérimenter des choses et surtout ne vous soucier pas de ce qu’en pense les autres. Faites-le pour vous

Et si vous n’osez pas encore vous lancer dans la création, je vous invite à me rejoindre à l’Atelier où je vous propose de réaliser petit à petit un cahier de broderie qui vous servira de support d’apprentissage et d’expérimentation créative. Pour en savoir plus, c’est par ici.

The form you have selected does not exist.

Interview d’Ophélie : brodeuse et illustratrice aux multiples talents

Interview Ophélie Trichereau

J’ai découvert récemment sur Facebook une artiste brodeuse aux multiples talents, car elle est aussi illustratrice et créatrice de poupées en tissu.  J’avais très envie de vous la présenter par ici, il s’agit d’Ophélie Trichereau

Marie (P&PP) : Bonjour Ophélie, peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Ophélie : Bonjour, je m’appelle Ophélie Trichereau, c’est aussi mon nom d’artiste, j’ai 29 ans et je suis originaire de Nantes. Je vis actuellement à Edimbourg en Ecosse avec mon copain et son chat psychopathe. 

P & PP – Comment as-tu débuté la broderie ? 

O. : Je me suis mise à la broderie après avoir commencé la couture. Je réalise des poupées de collection que je voulais embellir, c’est comme ça que j’ai commencé à broder dessus des dessins, des perles, des paillettes puis je me suis mise à faire des cadres brodés. 

Poupées en tissu - Ophélie Trichereau

P & PP : Quels sont les artistes qui t’influencent ? 

O. : Je suis surtout influencé par le monde de l’illustration car c’est par ça que j’ai commencé. J’aime particulièrement les dessins et peintures de Rébecca Dautremer et de Joe Sorren. Pour ce qui est de la broderie, je suis impressionnée par la technique de Yumiko Higuchi et la créativité de Clémentine Brandidas

P&PP : Peux-tu nous raconter l’histoire d’une pièce qui a un souvenir particulier pour toi ? 

O. : L’une de mes pièces les plus marquante pour moi est certainement ma première broderie du Système Solaire. C’était la première fois que je me lançais sur une broderie aussi grande (31,5 cm de diamètre), qui me demandait autant de réflexion et sur laquelle j’ai utilisé le plus de matériaux différents (cannetille ancienne, perles en cristal de Swarovski, perles plaquées or 24 Kt…). J’aime aussi beaucoup cette broderie car j’adore la science en général, j’aimerais faire beaucoup plus de créations ambitieuses de ce calibre.  

système solaire - Ophélie Trichereau

P&PP : Quel est ton processus de création ? 

O. : Avant de broder, je réalise le dessin de ma broderie moi-même, puis je le transfert sur un mouchoir en papier (oui oui, vous avez bien lu), j’épingle celui-ci sur l’avant de mon tissu, je brode les contours puis je retire le papier à la pince à épiler (attention à ne pas tirer les fils) et enfin je termine ma broderie à la main et j’y ajoute quelques perles ou paillettes, si nécessaire. 

P&PP : Dans quel environnement aimes-tu broder ? 

O. : J’aime broder chez moi, avec tout mon matériel à portée de main, c’est souvent le bazar sur mon bureau à cause de ça d’ailleurs.

Broderies - Ophélie Trichereau

P & PP : Quels outils indispensables se trouvent dans ta trousse de brodeuse ? 

O. : Mes aiguilles fines pour pouvoir broder des perles si je veux ainsi que mon fil à coudre doré, avec lequel je brode souvent, c’est vraiment mon préféré, j’en mets partout. 

P&PP : Quels sont tes projets pour l’avenir ? 

O. : J’aimerais exposer mes broderies dans des galeries et les vendre aussi dans des boutiques de créateurs à Edimbourg (et partout dans le Monde !). Niveau créations, j’aimerais aussi aborder les thèmes du corps humain dans mes broderies et faire des tableaux brodés toujours plus grands et détaillés. Puisque je peins et que je dessine aussi, j’aimerais apprendre la technique da la feuille d’or (je sais, j’ai un problème avec l’or…)  

Illustrations - Ophélie Trichereau

P&PP : Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui souhaitent commencer la broderie ? 

O. : Lancez-vous ! J’ai appris à broder toute seule donc je ne fais que des points faciles type point arrière, c’est très rapide à apprendre, ensuite il faut faire preuve de beaucoup de patience quand on brode, je peux passer une dizaine d’heures sur une broderie qui fait 4cm par 4cm… Mais pas de panique, il faut commencer par des dessins simples et rapides de broderies avant de se lancer dans des projets plus ambitieux et tout se passera bien. 

Retrouvez les broderies d’Ophélie sur Instagram et sa boutique Etsy

© Toutes les images de l’interview appartiennent à Ophélie Trichereau. Merci de ne pas les utiliser sans son autorisation. Ces images ne sont pas libres de droit. 

Illustratrice, brodeuse et créatrice de poupées en tissu, découvrez le magnifique travail d’Ophélie Trichereau

The form you have selected does not exist.

1 Fil pour Ylannie

Modèle de Julie Jolis Songes réalisé par 1 Fil pour Ylannie

Connaissez-vous la magie de l’internet ? Grâce au blog, je fais de magnifiques rencontres. Bien que celles-ci soient « dématérialisées » elles n’en sont pas moins riches de partages et d’émotions.

Merci Annie de me suivre depuis si longtemps. Tes messages et tes nombreux partages m’ont toujours apporté beaucoup de joie. Un vrai rayon de soleil !

Et en parlant de soleil… Annie en a réalisé un magnifique à partir du challenge de Julie Jolis Songes. Je lui ai demandé si elle souhaitait nous le présenter et parler un peu de sa démarche de brodeuse par ici. Elle a dit oui ! Alors, c’est avec un grand plaisir que je laisse la parole à Annie.

***

Je suis Annie, de « 1 Fil pour Ylannie », même si je sais aujourd’hui qu’« 1 fil » est bien peu face à tous ceux qui glissent entre mes doigts, ce nom s’est imposé un jour… Il me fallait 1 fil à tirer pour une nouvelle vie …

C’est ma Maman, qui m’a offert cet héritage, ce cadeau ! Ayant appris jeune, à l’école, chez les sœurs, elle brodait pour la paroisse, les monogrammes sur les draps, le linge de maison… Elle m’a initiée, elle achetait de petits napperons, et m’a donné le goût de broder, d’apprendre, de pratiquer avec patience et application… j’ai repris la broderie plus assidûment en 2014 et je ne crois pas passer un jour sans tirer le fil, même pour quelques points !

Marie m’a invitée à évoquer sur son blog la naissance de ma toute dernière broderie : « Le soleil ». Ce soleil de fil, perles et tissus, pour lequel je ne savais absolument pas au premier point brodé, qu’il deviendrait … « Soleil » !

Modèle de Julie Jolis Songes réalisé par 1 Fil pour Ylannie

L’occasion pour moi de vous livrer un peu de son processus de création, d’élaboration et d’embellissement, ou plutôt de finition (car la broderie d’embellissement est une pratique à par entière de la broderie) de mes ouvrages et en particulier celui-ci.

L’inspiration

Je la trouve dans la nature, la contemplation, les détails, les émotions et le partage, mais aussi comme bon nombre, sur les Pinterest, Instagram, dans le travail d’autres créatifs et/ou artistes que j’admire et souvent dans des domaines ou styles bien différents. Quelle que soit sa forme, le dessin, la peinture, Tout Art est pour moi le signe d’une expression et souvent l’expression de l’émotion.

Pour la broderie : Clémentine Brandibas, pour la féérie, l’intemporalité, la créativité, la recherche, la technicité et la maîtrise de son Art, ou encore Yumiko Higuchi, pour cette broderie sensible et épurée de la nature, faussement simple… Ironna Happa dans le même style.

 J’évoquerai, l’autodidacte Myrifik et son univers coloré, dont Marie vous a déjà parlé par ici. J’aime ses valeurs, sa sensibilité, sa créativité. Tout comme Ipikan qui de recherches en recherches, a elle aussi créé son univers, j’aime leur travail sur la matière ou à partir de la matière pour des univers très particuliers.

Bien sûr, Marie, Patience & Petits Points, pour son parcours, sa capacité à élaborer des créations de A à Z, son exigence associée à son envie de rendre accessible la broderie à tous. Je me retrouve dans sa broderie plus traditionnelle, dans ses techniques, le matériel utilisé.

Enfin, il y a Julie Jolis Songes, découverte sur Instagram, qui s’est elle aussi mise à la broderie il y a peu, elle dessine des petits motifs végétaux : feuilles, fleurs … et organise des #défibroderie en partageant certaines de ses créations accompagnées de suggestions et de minis tutos de points de broderie très accessibles.

Le challenge de Julie Jolis Songes

La voilà donc l’inspiration première de ce « soleil », puisque le motif floral a été proposé par Julie dans le cadre de son dernier challenge sur Instagram.

J’y participe depuis le début, séduite par ses motifs, illustrant la nature, ils sont pour moi l’occasion de partages, mais aussi de stimulation créative. Aller plus loin, sortir de ce que l’on appelle « sa zone de confort », me libérer, explorer et exprimer ma créativité en utilisant les points de broderie suggérés ou pas du tout, et surtout en utilisant pour l’essentiel des matières et du matériel « recyclés ».

Broderie et recyclage

C’est un choix délibéré de ma part d’utiliser ces fils, bouts de tissus, aiguilles, tambours que j’ai chiné, trouvé chez Emmaüs, en recyclerie, sur des vides greniers. Je ne suis pas « jusqu’ auboutiste » du zéro déchet, du recyclage, j’utilise aussi du neuf… mais peu, et j’aime ce cercle vertueux, symbole d’une broderie qui se transmet, qui voyage et se recrée.

Ce fil que j’ai chiné, c’est une autre brodeuse qui l’avait choisi et je le restitue à son devenir. Ce morceau de tissu ancien, il va régaler l’œil et/ou le cœur de celui à qui j’offrirai ma broderie !! C’est une émotion supplémentaire pour moi, parfois même un flot d’émotions, entre satisfaction, fierté et ravissement…

Ici j’ai utilisé des fils de laine à broder très fins, trouvés en recyclerie, un satin de coton pour la base (Emmaüs), de la soie Sabra en petite touche (neuve), des perles (Emmaüs), un tambour à broder chiné, aussi, que j’ai retiré et enfin pour l’embellissement final un coupon de coton jaune (récup) dans lequel j’ai découpé (je devrais dire , déchiré !) des lanières… le tout monté sur… Devinez ? … Du carton récupéré et sauvé de la poubelle dans une usine de cartonnage !

Merci beaucoup Marie pour cette invitation à me poser sur mon travail et ma pratique. Merci de me donner l’occasion de dire haut et fort que l’on peut être créatif et imaginer des objets utiles et/ou décoratifs, aussi à partir de matières recyclées ! Ne pas se limiter à la matière, à la technique … mais surtout se faire plaisir !

© Toutes les images de cet article appartiennent à 1 Fil pour Ylannie. Merci de ne pas les utiliser sans son autorisation. Ces images ne sont pas libres de droit.

The form you have selected does not exist.